Atelier du mercredi 18 Décembre 2013, à la Maison du citoyen

En lien avec "Marseille en littérature",
des récits qui se passent EN VILLE


       Les consignes de départ :
Pour écrire autour de la ville, nous allons créer un personnage qui va y évoluer. Nous ajouterons plusieurs contraintes : ...rue, ...bâtiments, ...objets...  Plusieurs séquences d’écriture vont se succéder : d'abord le nom du personnage : avec les lettres de son propre nom et des caractéristiques données par les autres participants de l'atelier.
Puis peu à peu d'autres éléments seront imposés ou tirés au sort...


     ... et l'un des résultats !
Dans l’histoire ci-dessous, le personnage s'appelle Mirel Erapoé : c’est un grec antique, et de surcroît un « étranger », c’est à dire qu'il n'est pas citoyen, il a des antécédents d’Asie Mineure et il doit se cacher. La ville, c’est Carpentras, avec, en contraintes imposées, la Rue de la Vieille Monnaie, le bar du 19è siècle, et  ...un chapelet en perles de verres ! C'est tout cela qu’il va falloir caser dans l’histoire !

       J’ai encore rêvé de Mirel Erapoé.

       Cette fois, il m’a dit son nom. Complet. Et je lui ai donné le mien. Il a alors fermé les yeux, comme pour assimiler la nouvelle. Il m’a pris la main et nous avons avancé vers la colline. Il me guidait impérieusement. Sur le chemin, il y avait pas mal de ronces et nous sommes arrivés aux temples. Beaucoup de monde à cet endroit.


      J’aime bien cet homme, je le trouve calme et fort. Depuis que je rêve de lui, je suis un peu troublée au réveil et dans la journée. Là, par exemple, j’ai du mal à savoir comment m’habiller. Je regarde pensivement l’immeuble en face, nue encore, au lieu de plonger dans mon placard. J’aime les colonnes de la façade et les rangées d’oves sous l’avancée du toit. Je n’ai pas grand chose à me mettre, rien de vraiment chouette.. Je suis sûre des sandales à lanières, mais le reste ? Ah, oui, peut être ma jupe rouge avec une tunique. En tous cas, faut que je me décide, sinon, le type, qui travaille chez l’avocat de l’autre côté de la rue va avoir une attaque de me voir à poil comme ça. Ca m’amuse un peu quand même de lui faire ce coup là. S’il était un peu plus malin, il s’arrangerait pour me croiser dans la rue et m’inviter à boire un verre. Mais je suis peut- être pas son genre.

       En tous cas, j’ai l’air de plaire à Mirel Erapoé, c’est déjà ça. Mais je brasse du vent entre l’avocat stagiaire qui me mate le matin et l’homme qui m’emmène aux temples la nuit ! Je ne suis pourtant pas plus mal qu’une autre ! Pourquoi rien dans ma vie, que des questions creuses sur comment m'habiller ? Tu parles d’une aventure !

       Je mange vite fait deux tartines et je me jette dans l’escalier. Eh oui, avec ma jupe rouge, ma tunique et mes sandales à lanières. Je longe le trottoir face aux fenêtres de l’avocat en prenant mon temps. Ma mère disait toujours qu’il faut savoir montrer des signes d’intérêt aux hommes. Merci Maman ! Du coup, je passe sur ce trottoir là qui me met en évidence, en faisant danser ma jupe. J’arrive à l’intersection. Personne ne jaillit de l’immeuble pour venir vers moi.

      Je prends la rue de la vieille monnaie. Encore une fois, je me demande de quand date le nom de cette rue. Et chaque fois ça me paraît cocasse : il y a là un magasin de choses anciennes. Vieilles cartes, pièces antiques,




stocks de lettres et de photos pour collectionneurs éclairés, vieux objets et nombreuses mites à tous les coups. Y a jamais un chat là dedans. La boutique à côté, avec les tatoueurs, amateurs de jeux de rôles et apprentis mages, par contre, elle draine pas mal de faune. Mais chez l’antiquaire, enfin, le brocanteur, et je dirais même pour finir chez le broc, j’ai quasi jamais vu personne.


       Dans sa vitrine aujourd’hui, c’est quand même trop ! La maquette d’un temple grec et de la grande place autour de lui. Carrément l’endroit où je me ballade la nuit avec Mirel Erapoé. Mais oui ! Je vois le terre-plein, le bâtiment et des figurines en grand nombre. La scène est extrêmement vivante : des femmes entre elles, qui discutent en longue robe, de vrais citoyens, des esclaves au travail sur des échafaudages, des « étrangers » qui s’activent avec des  parchemins sous le bras ou des commerçants avec leur charrette livrant des légumes ou des poissons aux échoppes et aux ménagères. Les bras m’en tombent.

       Je suis moins surprise par l’autre vitrine avec des trucs d’église : chapelets en perles de verre, statues en bois peint de saints oubliés. Mais globalement je suis si secouée que, pour une fois, je passe le seuil de la boutique. Tant pis, j’irai boire mon café au bar du 19è siècle plus tard et y lire le quotidien tout frais. Là, je plonge dans la boutique.

       C’est vraiment n’importe quoi, le broc ressemble à Mirel Erapoé comme un frère, comme un jumeau ! Il me prend la main. La douceur, la solidité de la prise, c’est Mirel, lui même, aucun doute… Je défaille. « Chut, ne crie pas, je vais t’expliquer, mais s’il te plait, ne crie pas car je dois me cacher. J’ai dû changer d’époque pour pas qu’on me retrouve, les grecs anciens sont à mes trousses. ». Ce type est décidément beau comme un dieu avec sa  peau de bronze et ses yeux d’émail. Aucun risque que je courre aux flics pour le dénoncer, quoi qu’il ait fait ! La tête me tourne.Et puis le carillon de la porte d’entrée tinte joyeusement et entre tout essoufflé, l’avocat stagiaire qui me prend l’autre main. «  je vous cherchais, je vous suivais… Ca y est, j’ai osé. Bonjour, belle inconnue ! »

                                                            HC












Dernière modification le 03/02/2014


Système de Gestion
de Contenu :

Déconnexion.

 

Dernière mise
à jour le 04/07/2018




compteur

Bonheurs de lecture à Carpentras - Lectures Spectacle - Lecture publique - Lecture à voix haute
Lectures accompagnées par des musiciens - Lecture avec fond musicale
Interprétation et improvisation musicale de musiciens sur une lecture
Lecteur, acteur, musicien - Lecteurs, acteurs, musiciens
Adhésion à la lecture - Écouter et lire tout en musique
Carpentras - Comtat Venaissin - Vaucluse



 
Atelier de Création Graphique Directe
site personnalisé par les 1001 Mains et propulsé par Zite+