Jeudi 19 juin 2014

Place Galonne, de 20h à minuit

Au bonheur des nouvelles

soirée festive de littérature et de musique
offerte par l'association Bonheurs de lecture
entrée libre et gratuite

Avec les lecteurs  Agnès Bascou, Françoise Baut, Lucie Lesgoirres et Alain Vergne
et les musiciens Vincent Bauza (contrebasse), Nicolas Constans (clarinettes) et Léa Lachat (accordéon).


Plus de 120 personnes réunies sur la place,
les uns aux tables du Point de Lumière, les autres sur les chaises prêtées par la ville,
sur la margelle de la fontaine, sur les marches, sur les bornes.
Certains même son retournés chercher des sièges chez eux.
Atmosphère légère et détendue comme d'une petite place italienne.


                                                                                                                                       Photographies Ivana Caffa - 1001 mains



Le mot d'introduction

Bienvenue à cette soirée ! Bienvenue pour cette petite fête de fin d’année sur la place Galonne : on en rêvait  depuis plus de 10 ans !  C’est pour nous une manière de remercier tout le monde, une manière de se remercier les uns les autres, public, lecteurs, musiciens, décideurs culturels, sans oublier les auteurs…

2013 - 2014 a été une grand année : 28 lectures-spectacles, soirées, manifestations diverse, à la Charité, chez José, à la rue du Refuge, mais aussi à Mormoiron, à la Bibliothèque Inguimbertine, au lycée Victor Hugo, à Crillon le Brave, à Miramas, à Lyon…

12 lecteurs, 9 musiciens différents sont intervenus, pour un public divers, multiple, avec des fidèles toujours et chaque fois des nouveaux, tous chaleureux, heureux de découvrir ou de redécouvrir des œuvres belles, nourrissantes et peut-être essentielles de notre culture commune.

Car le but des Bonheurs de lecture est bien la défense de la culture que les livres mettent à notre disposition à tous. Faire entendre de grands textes de façon si sensible et vivante que chacun puisse découvrir qu’ils lui appartiennent, qu’ils sont son bien propre, qu’ils sont notre bien à tous.

Ce partage, c’est le partage des mots, de l’intelligence et des émotions. Les auteurs nous donnent des mots pour dire le monde où nous vivons, et nous devenons grâce à eux capables de nous comprendre. Et nous voulons croire que partageant à travers de grandes œuvres une même expérience sensible du monde, nous devenons mieux capables de partager une même cité.

Vivent donc les bonheurs de lecture, Et que la fête commence !

Musique !


                                                                                                                                 Léa Lachat, Nicolas Constans et Vincent Bauza

20h - 21h15 : première mi-temps

1 - La première nouvelle : Macha la choriste, est l'oeuvre de Ludmilla Oulitskaïa, une romancière russe de première grandeur, bien vivante, et dont vient de sortir en traduction française chez Gallimard, Le Chapiteau vert, un grand roman que les critiques n'hésitent pas à placer très haut, à côté de ses fameux prédécesseurs, Tolstoï, Dostoievski, Vassili Grossmann…

Dans cette nouvelle, (tirée du recueil Les Sujets de notre tsar, Gallimard 2005) comme dans tous ses écrits, elle jette sur le monde un regard plein de tendresse et de compassion, un regard sans juge- ment. L'histoire de Macha pourrait sembler celle d'une accumulation de malheurs et pourtant pour elle, tout est bénédiction.

Elle est interprétée par Agnès Bascou et Léa Lachat.


2 - Ensuite, Ulysse à Trieste, nouvelle de Claude Pujade-Renaud, une romancière que l’on connaît bien à Carpentras ! Elle est encore venue l’an dernier à la librairie de l’Horloge présenter son dernier gros roman, «  A l’ombre de la lumière », roman sur celle qui fut la femme de Saint-Augustin avant que celui-ci ne la répudie en devenant évêque…

    Ulysse à Trieste est une nouvelle tirée du recueil Rire en Do mineur et autres nouvelles, sorti récem- ment chez Actes-Sud. Elle est particulièrement joyeuse. Il ne s’agit pas ici du héros de l’Odyssée mais d’Ulysse, le roman de Joyce. Joyce et sa femme Nora ont en effet vécu plus de 10 ans à Trieste. Claude Pujade-Renaud fait parler Nora, Nora, la compagne de Joyce qui était une femme du peuple au parler dru et même vulgaire. Elle la fait parler dans un long mono- logue intérieur, pastiche de celui de Molly Bloom…

Elle est lue par Lucie Lesgoirres avec Vincent Bauza à la contrebasse.

                                                                                  Françoise Baut
 


Entracte puis...

22h - 23h : deuxième mi-temps

                                                                           Lucie Lesgoirres

5 - Sypholie, de Claude Pujade-Renaud. (tirée du recueil  Rire en do mineur et autres nouvelles, éditions Actes-Sud, 2014)

Comme elle aime bien le faire, Claude Pujade-Renaud  choisit un angle inattendu pour parler d’un person- nage célèbre. Le personnage célèbre, ici, c’est Egon Schiele, peintre et dessinateur prodige qui mourut à 28 ans, en 1918... Il fait partie de cette élite artistique qui fit la gloire de Vienne au début du XXème siècle, aux côtés de Klimt et de Kokoshka.

Elle imagine que ce dessinateur génial et scandaleux, âgé de 17 ans est allé à Trieste avec sa petite sœur Gertrude âgée de 13 ans… Ensemble, le frère et la sœur écrivent une lettre sulfureuse à leur mère restée à Vienne. Le titre donné à cette nouvelle, Sypholie est un néologisme formé de Syphilis et de folie... 

Lue par Alain Vergne et Nicolas Constans.


6 - De Ludmilla Oulitskaïa, Mon arabe préféré, (tiré du recueil Les sujets de notre tsar, Gallimard 2005).

Une nouvelle réduite à très peu de choses : notes d’un grand écrivain invité à parler dans un colloque à Paris.

Ce sont de petits croquis et en même temps, c’est la dénonciation de la manie que nous avons d’enfermer les autres dans des boîtes, des tiroirs, des classeurs, leurs pays, leur langue, leur communauté, leur nationalité…

Elle est lue par Françoise Baut et Léa Lachat.





3 - La troisième de nos nouvelles est d' Antonio Lobo Antunes, un des plus grands romanciers portugais, toujours bien vivant, auteur de romans essentiels sur la décolonisation de l’Angola puis sur l’évolution de la société portugaise après la chute de Salazar…

Il a tenu pendant des années une chronique régulière dans un journal de Lisbonne. Ces courtes chroniques, - 4 pages chaque fois -, sont souvent pleines d’humour et elles peuvent aussi se transformer en brèves say- nètes sur la vie de notre temps.

Ainsi, De la vie des marionnettes (tirée du premier volume de ses Chroniques, Ed. Christian Bourgois, 2000) raconte une scène de ménage où les plus durs règlements de compte n’excluent pas les contradic- tions les plus inattendues… elle est interprétée par Françoise Baut et Nicolas Constans

 

4 - Et pour terminer cette première partie, une nouvelle de Pierre Autin-Grenier, car il nous était Impossible de proposer une soirée de nouvelles sans rendre au moins un discret  hommage à cet auteur lyonnais et carpentrassien qui nous a brusquement quittés l’hiver dernier. (discret hommage, en attendant mieux, sans doute à l’automne prochain…)

Ses textes brefs, pleins de fantaisie et d’humour noir ou la banalité la plus quotidienne voisine avec un fantastique incroyablement léger sont d’authentiques poèmes en prose.

Voici donc, lu par Alain Vergne et Accompagné par Vincent Bauza Toute une vie bien ratée.


                                                                                      Alain Vergne














                                                                             Agnès Bascou


7 - Marie-Hélène Lafon, Gordana, aux Editions du chemin de fer 2012  !

Marie-Hélène Lafon est une une romancière que nous aimons beaucoup. Elle est venue plusieurs fois à Carpentras, à l'invitation d'Agnès Bascou, pour nous présenter ses romans. Sa nouvelle intitulée Alphonse appartient depuis plusieurs années à notre répertoire.

Dans Gordana, elle s'intéresse soudain à un person- nage invisible qui appartient pourtant à toutes nos vies. Elle porte un regard puissant et perçant, plein d’empa- thie et d’humanité sur une caissière du supermarché où elle va faire ses courses deux fois par semaine...

Elle est lue par Lucie Lesgoirres et Léa Lachat.



8 - Et pour terminer cette soirée Il n'est pire aveugle que celui qui ne veut pas me voir, tiré du premier livre des Chroniques d'Antonio Lobo Antunes

De nouveau une histoire de couple, et de nouveau cette écriture et ce regard plein de finesse et d’amitié, d’humour et de compassion pour les pauvres humains que nous sommes.

 Agnès Bascou et Vincent Bauza,







   
   






Dernière modification le 03/07/2014


Système de Gestion
de Contenu :

Déconnexion.

 

Dernière mise
à jour le 23/09/2018




compteur

Bonheurs de lecture à Carpentras - Lectures Spectacle - Lecture publique - Lecture à voix haute
Lectures accompagnées par des musiciens - Lecture avec fond musicale
Interprétation et improvisation musicale de musiciens sur une lecture
Lecteur, acteur, musicien - Lecteurs, acteurs, musiciens
Adhésion à la lecture - Écouter et lire tout en musique
Carpentras - Comtat Venaissin - Vaucluse



 
Atelier de Création Graphique Directe
site personnalisé par les 1001 Mains et propulsé par Zite+