Mercredi 20 mai à 18h,
dans le cadre de l'association Art et Vie
rue du refuge à Carpentras


Sublimes paroles et idioties de Nasr Eddin Hodja
et Hautes sottises de Nasr Eddin Hodja


recueillies et présentées par Jean-Louis Maunoury

(Editions Phébus 1998)

Une invitation à la découverte
de textes traditionnels orientaux


Ces textes sont peu connus des occidentaux, alors qu'ils occupent une place majeure dans le monde oriental depuis le XIII ème siècle:

A l'origine, il s'agit d'un corpus non écrit, transmis et enrichi de génération en génération par l'imagination des conteurs ou des scribes, transmis par les conteurs populaires qui sillonnent aujourd'hui encore l'Anatolie.

On peut imaginer que ces histoires souvent très courtes, environ 15 lignes, se sont propagées le long de la route de la soie. C'est pourquoi les recueils qui recensent les très hautes sottises de Nasr Eddin Hodja sont rédigées en turc et persan surtout, mais aussi en arabe, en urdu, en albanais, en grec et même en russe et en serbo-croate.

On peut les comparer dans notre culture occidentale au Renart en France, à Guignol, au ravi provençal, à Till l'espiègle en Allemagne. Ce sont de rusés compères, à la fois malins qui roulent leur monde et coquins pas loin de la potence. Mais tous réunissent la communauté des rieurs !

Mais Nasr Eddin Hodja est plus subtil. Dans toutes les histoires se trouve une cohabitation déroutante de l'idiot et du rusé compère. Son idiotie est réelle, non feinte et en même temps, elle est comme assumée, voulue et au bout du compte il a toujours raison.

Sur le fil du rire, entre sottise et sagesse...
un Islam du gai savoir.

Il est ici question de l'Idiotie Idéale dont nul n'ignore qu'elle ignore superbement le temps.

Avons-nous vraiment affaire à un simple d'esprit ou à un maître qui saurait quelque chose que l'autre ne sait pas ?

Inutile de se casser la tête ! Mieux vaut d'abord en rire, accepter d'entrer dans une logique délirante qui fragilise les frontières admises du vrai et du faux , de l'intelligence et de la bêtise.

La lecture de ces paraboles à dormir debout nous rappelle que l'Islam en ces périodes anciennes n'a pas craint de fréquenter le "gai savoir" , donnant de lui une image bien peu conforme à l'austère et triste canon d'aujourd'hui.

L'esprit occidental peut aussi se délecter de ces feintes soties comme on le fait en Orient depuis des siècles.



Distribution :
Travail du texte et lecture :
Agnès Bascou et Anne-MarieLafarge

Musique : Nicolas Constans aux clarinettes






Dernière modification le 02/05/2015


Système de Gestion
de Contenu :

Déconnexion.

 

Dernière mise
à jour le 23/09/2018




compteur

Bonheurs de lecture à Carpentras - Lectures Spectacle - Lecture publique - Lecture à voix haute
Lectures accompagnées par des musiciens - Lecture avec fond musicale
Interprétation et improvisation musicale de musiciens sur une lecture
Lecteur, acteur, musicien - Lecteurs, acteurs, musiciens
Adhésion à la lecture - Écouter et lire tout en musique
Carpentras - Comtat Venaissin - Vaucluse



 
Atelier de Création Graphique Directe
site personnalisé par les 1001 Mains et propulsé par Zite+